Interview de Clara Marti

ESMOD Lyon (promo 2016)


 

Quel a été ton parcours avant d’intégrer ESMOD ? As-tu toujours eu en tête de travailler dans la mode ?

 
J'ai intégré ESMOD tout de suite après mon bac littéraire option théâtre.
J'ai toujours été curieuse et attirée par la création. J'adore l'Art Contemporain, Moderne et Renaissance, mais aussi la musique, la composition, la Philosophie, le théâtre, et maintenant la mode.
Mais d'aussi loin que je me souvienne, je n'ai pas toujours eu cette passion pour la mode, parce que plus jeune j'étais sportive et footeuse, donc plutôt garçon manqué. Je crois que c'est à partir de mes années collège que j'ai commencé à prendre plaisir à choisir mes vêtements le matin, esquisser des silhouettes et lire la presse mode.
Au lycée, j'ai créé une page Facebook/blog dédiée à l’info mode. À une époque ou Tumblr était à son apogée, je voulais fournir, sur Facebook, un contenu visuel et esthétique mode dans la même idée.
Etant en option théâtre au lycée, j'ai pas mal hésité entre devenir comédienne et travailler dans la mode. J’ai choisi la mode, sans doute par instinct.

 

Revenons sur ta scolarité à ESMOD : Quel genre d’élève étais-tu ? Quels sont tes meilleurs (ou pires) souvenirs ?

 
Je crois que je suis un peu l'exception à la règle (rires). En effet, j'ai eu vraiment du mal au début. Disons que je ne savais pas coudre, je savais dessiner (enfin je pensais) et j'aimais ça, mais question modélisme, c’était tout autre chose ! Ce serait long à raconter mais disons que je me suis accrochée : mon passage en deuxième année était limite à cause de ça, mais mon professeur avait dit "Clara elle bosse, elle va progresser j'en suis sûre !" 
Puis en deuxième année, j'ai eu une sorte de déclic, à tel point que je me suis retrouvée dans le top 5 des meilleurs tailleurs de fin d'année. L'année s'est superbement bien déroulée pour moi, en stylisme aussi, j'avais un très bon feeling avec ma prof, et je travaillais toujours plus.
En troisième année bizarrement j'ai de nouveau eu du mal en modélisme (je pense que tout ceci est très psychologique), mes essayages de collection étaient critiques. Mes toiles étaient jugées trop simples, et n'étaient pas suffisamment précises. Ce qui était vrai puisque mon travail de création tournait autour de la diversité de matières/couleurs/textures et motifs.
 
Mes plus beaux souvenirs étaient nombreux en fin d'année lorsque j'ai commencé à monter ma collection en tissus, que cette dernière a pris forme aux yeux de tous. J'ai alors commencé à avoir le soutient et les compliments de certains élèves et de mes professeurs, ce qui n'a l'air de rien comme ça, mais m'a été d'un soulagement énorme, car il arrive parfois que l'on perde fois en notre projet, et il suffit parfois d'un simple compliment sincère pour que la machine soit relancée de plus belle.
 
Mon meilleur souvenir reste sans conteste mon prix coup de cœur, que j'ai vécu comme une revanche sur mon parcours difficile et surtout la consécration d'une dernière année d'études épuisante.

 

 Qu’est-ce qui fait la spécificité d’ESMOD, ses points forts, selon toi ?

 
ESMOD permet de toucher vraiment à tout. Les essentiels sont là, les fiches techniques, le plan de collection, la construction à plat ou par moulage, le montage, le repassage, les logiciels comme Modaris, Lectra, Photoshop...
Bien sûr que certaines formations ont été plus survolées que d'autres, mais à elles toutes, elles constituent une base indéniable pour les métiers de la mode.

 

Raconte-nous ton parcours professionnel après ESMOD, tes fonctions et responsabilités, passées et actuelles

 
J'ai fait mon stage de fin d'études dans un grand showroom parisien en tant qu'assistante presse/showroom afin de m’immiscer dans les dessous des métiers de la presse mode. 
En deuxième année j'avais fait mon stage dans un grand bureau de style à Paris aussi, pour en savoir plus sur le métier de styliste "cahier", les chercheurs de tendances.
Déjà pendant ESMOD je travaillais dans un magazine collaboratif où j'étais au début chroniqueuse mode et assistante styliste, puis chef rubrique mode et styliste photo.
Aujourd'hui je suis styliste photo en freelance. Je suis aussi en train de monter un site internet à mi-chemin entre blog et magazine, et j'aimerai travailler pour une rédaction de mode pour m'y investir pleinement.
 
 

 

Un petit mot de ton univers personnel… .

 
Mon univers est décalé, kitch et fun. Mes références mode sont : Iris Apfel, Michael Jackson, Sonia Rykiel et les Rita Mitsuko. Je préfère toujours un vêtement pour son tissu et sa couleur plutôt que sa coupe et son volume.

Haut de page

Haut de page