Interview de Léa Huet

ESMOD Paris - Promo 2016
Directrice Artistique chez The Classics

Quel a été ton parcours avant d’intégrer ESMOD ? As-tu toujours eu en tête de travailler dans la mode ?

Avant Esmod, j'étais à Rennes pour faire un Bac STG marketing. Je faisais déjà en parallèle de l'Art Plastique en extra-scolaire. Puis j'ai intégré une mise à niveau des arts appliquées pour toucher à tous les designs différents afin d'être certaine de vouloir aller dans le milieux de la mode. A la suite de ces huit mois de formation, je savais que c'était une école de design de mode que je voulais intégrer.
 

Revenons sur ta scolarité à ESMOD : Quel genre d’élève étais-tu ? Quels sont tes meilleurs (ou pires) souvenirs ?

J'ai débuté ma formation à Esmod Rennes. J'étais une élève très stressée, avec peu de confiance en moi, qui découvrait des métiers, une nouvelle façon de travailler. J'ai mis du temps à m'adapter à tout cela mais je savais que c'était ce que je désirais au fond de moi. Je tenais à faire bien mon travail, ne pas rendre en retard mes travaux, ce qui pouvait être dur à gérer pour moi et pour mes professeurs. Mon plus beau souvenir… je pense que ce sont les dernières semaines avant notre showroom professionnel. Des semaines à n’en plus finir, à couper des fils de coton cirés, coudre, tisser, pleurer (parce qu'il ne faut pas mentir, à Esmod on pleure de joie comme de fatigue ou de tristesse). Et là, quand toute cette collection (MA collection) était enfin finie dans les moindres détails, j'ai dû continuer de travailler pour aider des amies sur leur collection. Et c'était reparti pour des journées et des nuits entières de couture, de découpage, de rire et de pleurs (rires).
 
 

Qu’est-ce qui fait la spécificité d’ESMOD selon toi ?

Je garde de supers souvenirs d'Esmod, malgré les moments de remise en question, de doute et les heures interminables de travail, mais en sortant de l'école on comprend mieux les raisons de tout ce travail !
Nous avons une formation très complète, autant en style qu'en modélisme, mais aussi en matières/textures… Esmod pousse à aller toujours plus loin de notre vision. Le suivi est aussi très important et très appréciable dans cette école. Pouvoir choisir une spécialisation en dernière année est une chose très importante, cela nous permet d'apprendre encore plus, de choisir plus facilement notre domaine de travail après l'école.
 

Raconte-nous ton parcours professionnel après ESMOD, tes fonctions et responsabilités…

Après ESMOD, j'ai été assistante styliste chez Agora distribution (stage de 6 mois) pour Tati. J'ai appris énormément grâce à l'équipe qui m'entourait. J'ai appris les spécificités du marché d’entrée de gamme qui m'était encore inconnu, comment travailler à distance avec les usines, travailler avec des chefs de projet, les directeurs artistiques, les graphistes… Une superbe expérience ! Puis j'ai continué mon chemin en arrivant chez Diab'less, une marque de prêt à porter féminin tenue par Chantal Hagege. Une femme avec beaucoup de caractère, qui m'a appris à m'endurcir, qui m'a fait découvrir le Sentier, qui m'a appris le fonctionnement d'une production. Enfin, j'ai eu le plaisir de rencontrer mes deux Sara(h), deux américaines ayant le désir de monter leur marque mais n’ayant aucune connaissance de ce milieu. Elles ont décidé de m'accorder leur confiance, de me désigner comme Directrice Artistique de la marque The Classics qui a vu le jour le 6 février 2017.
 

Peux-tu nous parler un peu de ta marque THE CLASSICS ?

The Classics, c'est un pari fou lancé par trois jeunes filles entre 23 et 26 ans ayant le même désir de créer une marque.  Leur souhait le plus cher était de créer une collection pour des femmes qui leur ressemblent. Des femmes spontanées, ayant une vie active et des journées imprévisibles.  Leur rêve était de créer une garde-robe capsule simple, chic et très polyvalente. Des finitions irréprochables, des matières luxueuses... 
 

Un petit mot de ton univers, tes créateurs préférés, tes coups de cœur récents (boutique, concept, événement…)

Mon petit coup de cœur actuel sur Paris revient à la boutique " La garçonnières ",  spécialisée dans l'homme, avec un concept hyper cool : barbier, alcool, accessoires, plantes et des créateurs multiples.

Haut de page

Haut de page