Interview de Manon ANDRIEU

MANON ANDRIEU – ESMOD LYON - Promo 2010
 

Quel a été ton parcours avant d’intégrer ESMOD ? As-tu toujours eu en tête de travailler dans la mode ?

Déjà petite j'avais un tempérament artistique et manuel très marqué. Au lycée je faisais beaucoup de théâtre et rapidement j'ai eu envie d'être costumière dans ce domaine. Mais j'étais aussi passionnée de politique et disons que mon entourage m'a plutôt poussé dans c'est cette voie-là. Après une licence de sciences politiques et sociologie, j'ai réalisé à quel point l'artistique me manquait. Je suis retournée à l'idée de créer des vêtements.

Revenons sur ta scolarité à ESMOD : Quel genre d’élève étais-tu ? Quels sont tes meilleurs (ou pires) souvenirs ?

J'étais une élève dynamique et motivée. Je n'étais pas la plus calée en culture mode, mais j'ai compensé ces lacunes par ma créativité et mon travail. Après le bac et les sciences politiques, je pensais que la mode serait plus facile...erreur ! À l'image de la vie professionnelle, ESMOD demande beaucoup d'investissement ! Durant 3 ans, je n'ai pas cessé d'être passionnée par ces études et tous ces efforts ont été particulièrement récompensés à la fin de la 3ème année. En regardant ma collection de fin d'études, j'ai ressenti une immense fierté et je n'en revenais pas d'avoir parcouru un tel chemin en si peu de temps ! 
 

Qu’est-ce qui fait la spécificité d’ESMOD, ses points forts, selon toi ?

Pour commencer, ESMOD est très reconnue dans le milieu professionnel. Je l'ai vraiment ressenti en recherchant mon stage de fin d'études : j'étais toujours très bien accueillie et ce jusque dans les grandes maisons de couture parisienne. ESMOD était garant de qualité. Cette reconnaissance est méritée selon moi. Par exemple dans cette école, les cours de modélisme et de stylisme ont la même importance. Ce n'est pas le cas partout, or le modélisme est essentiel pour bien comprendre le vêtement et se montrer créatif dans sa réinvention. Le corps enseignant est aussi très important. Les professeurs comme l'administration étaient très investis. Ils savaient aussi comprendre chaque élève et le pousser dans le sens de sa propre personnalité artistique. C'est de cette façon qu'ils tiraient le meilleur de notre créativité. 
 

Raconte-nous ton parcours professionnel après ESMOD, tes fonctions et responsabilités…

Après ESMOD, j'ai réalisé un stage de 5 mois chez SONIA RYKIEL à Paris. J'ai beaucoup appris mais j'ai aussi compris que j'avais envie d'une structure professionnelle plus petite. Là-bas je travaillais dans un département proche de celui de l'accessoire. J'ai réalisé que j'avais une forte attirance pour ce domaine de la mode. J'ai donc cherché un autre stage chez une créatrice de bijoux sur Paris qui m'a fait découvrir le milieu des "petits créateurs". J'ai tout de suite su que je voulais tenter ce défi : me mettre à mon compte comme créatrice d'accessoires de mode.  En rentrant sur Lyon, j'ai imaginé une collection d'accessoires et, au printemps 2011, j'ai créé ma marque "La Rumeur Blonde". 

J'ai choisi de travailler le cuir, une matière noble qui offre de nombreuses possibilités créatives et j'ai exploré l'accessoire sous toutes ses formes, du bijou à la petite maroquinerie, en passant par ma spécialité : les Head bands.  De marchés en salons de créateurs, j'ai commencé à me faire une place parmi les créateurs Lyonnais. À l'hiver 2012 j'ai pu ouvrir ma propre boutique au centre de Lyon dans le quartier des créateurs. Ma clientèle est enthousiaste et de plus en plus nombreuse, alors je ne regrette aucun  de mes choix ! 

Haut de page

Haut de page