Interview de Morgan Binois - Promo 2013

http://www.esmod.com/sites/default/files/morgan_binois_02.jpg

 

Quel a été ton parcours avant d’intégrer l’ISEM ? As-tu toujours eu en tête de travailler dans la mode ?

Avant ESMOD, j'ai passé un BAC technologique STAV, une filière très peu connue. Elle consistait à étudier la biologie, l'écologie et l'environnement. Un parcours que j'avais choisis après avoir fait un BEP en aménagement paysager qui ne me plaisait pas vraiment.

Depuis toujours la mode était en moi, il fallait simplement un déclic pour réveiller ce goût certain. Je me rappelle que, plus jeune, je prenais les magazines de ma sœur en me disant que j’aurais bien aimé faire ça un jour. Le vrai déclic a été mon premier job étudiant : vendeur en PAP Homme pour CELIO. C'est là que j'ai commencé à découvrir réellement la Mode. J'avais 18 ans et là, j'ai commencé à acheter tous les magazines de mode Homme et Femme et à lire tous les sites mode sur internet.
 

Revenons sur ta scolarité à l’ISEM : Quel genre d’élève étais-tu ? Quels sont tes meilleurs (ou pires) souvenirs ?

Mes résultats scolaires n’étaient pas parmi les meilleurs, mais je travaillais sérieusement. Ce qui m'a valu d'ailleurs d'obtenir la récompense des élèves méritants que  l’école offrait à  trois personnes de la classe. En fait, Je n'ai jamais été excellent en apprentissage scolaire mais beaucoup plus dans les conditions réelles comme les stages. 

Le corps enseignant de l’ISEM est de très haut niveau avec des professeurs comme Madame Le Bugle qui a une maîtrise exceptionnelle du marketing, Monsieur Monfort et Monsieur Benedict une connaissance mode incroyable. Mes professeurs m’ont vraiment transmis leurs passions (à l'exception de la comptabilité qui, pour le coup, était ma bête noire, malgré la sympathie de mon professeur). Je garde aussi de très bons souvenirs des semaines mode. Les pires moments étaient ceux où tous les rendus de devoirs et dossiers tombaient en même temps ! Mais, finalement, cela était une bonne chose car j'ai réussi à mieux appréhender le milieu professionnel par la suite.
 

Qu’est-ce qui fait la spécificité de l’ISEM selon toi ?

La spécifié de l'ISEM, selon moi, est d'allier Mode, Commercial et Marketing. Les trois mots incontournable lorsque l'on travaille dans le milieu. On apprend que la mode, ce n'est pas que des strass et des paillettes mais aussi des heures de réflexions et de recherches. Tout tourne autour des budgets de communication, du marketing et de la gestion. On se rend compte par la suite que, sans tout cela, un vêtement n'est rien. La mode, c’est des heures et des heures de travail depuis l'idée du produit jusqu’à sa commercialisation finale. 
 

Raconte-nous ton parcours professionnel après l’ISEM, tes fonctions et responsabilités…

Après ESMOD, je suis parti en stage pour une période de 6 mois en tant que visuel merchandiser chez Louis Vuitton. Après 3 mois de stage chez eux, mon ancien Maître de stage me rappelait pour rejoindre son équipe de Visuel Merchandiser chez Hugo Boss. Il m'a proposé le poste de  « Visuel Merchandiser Régional pour la zone Paris ». C'est sans réfléchir que j'ai sauté sur l'occasion et donné ma démission chez Louis Vuitton. En effet, je passais de « Visuel Merchandiser in Store » sur un corner en grand magasin, à gérer plus d'une vingtaine de points de vente chez Hugo Boss. 

Aujourd'hui, je suis toujours chez Hugo Boss, en charge de la région Paris et Île de France. 

Je suis le garant de l'image et de l'exposition des collections en boutique sur mon réseau. Je réalise les vitrines des boutiques, je participe à l'installation des collections en showroom. Je forme les équipes retail au merchandising afin qu'elles deviennent autonomes. Je participe aux ouvertures des points de vente de toute la France. Je fais les corrections merchandising dans mon réseau et explique pourquoi les implantations que les équipes de vente avaient faites ne conviennent pas. Je mets en place des actions merchandising suite aux analyses des chiffres. Je fais aussi des reporting sur mon réseau. J'adapte les stratégies merchandising selon le point de vente, ses contraintes, ses opportunités, sa clientèle et sa localisation. Mes responsabilités sont de savoir gérer mon réseau, ainsi que les managers des points de vente, afin qu'ils respectent les normes merchandising élaborées par les merchandisers Hugo Boss d'Allemagne.

 

Quelles sont les qualités requises pour exercer tes fonctions actuelles ?

Les qualités requises sont très simple : il faut de l'organisation, de la passion, de la rigueur, de la créativité mais aussi et surtout le sens du détail. En effet, même si cela ne se voit pas au premier abord, dans ce métier tout n'est que détails.

 

Un petit mot de ton univers, tes créateurs préférés, tes coups de cœur récents (boutique, concept, événement…)

Mon univers est très simple, je peux le qualifier de  " Vintage intemporel". C'est probablement pour ça d'ailleurs que je suis un adepte du tee-shirt blanc. Je suis un fan de déco et j’adore chiner aux puces ou aux Emaüs, à la recherche de la pièce exceptionnelle, qu'elle soit à porter ou bien pour la décoration de mon intérieur. Cependant je suis très branché par les concepts store de type Colette, Merci, Modernist… .

Je suis un adepte des vitrines de Lanvin, Hermes, Dior,  et Louis Vuitton. Mais d'autres m'attirent aussi, comme celles de Ladurée ou Fauchon car la mode ce n'est pas que le vêtements, c’est aussi un art de vivre.

Les derniers événements qui m'ont marqués sont la sortie du film Yves Saint Laurent, l'ouverture de la nouvelle boutique Uniqlo, au coeur du marais, dans l'ancienne usine des cendres. Cette boutique est juste exceptionnelle.

Mes créateurs préférés…  il y'en a tellement ! Je dirais Martin Margiela, certainement parce que les valeurs qu'il prône sont proches de mon univers. Je suis adepte d'Hedi Slimane, que ce soit pour son travail chez Dior ou chez Saint Laurent mais aussi pour le travail qu'il exerce sur la photo. Les deux créateurs ultimes pour moi étant Christian Dior – j’ai une admiration pour cet homme et la marque qu'il a créée – et Kris Van Assche qui reste, pour moi, le meilleur de sa génération et qui travaille pour ma marque préférée (Dior Homme), marque  pour laquelle je rêve de travailler un jour.

Haut de page

Haut de page