Interview de Pauline Avinio Darris - ESMOD PARIS - Promo 2012

http://www.esmod.com/sites/default/files/photo_15_0.jpg

 

Quel a été ton parcours avant d’intégrer ESMOD ? As-tu toujours eu en tête de travailler dans la mode ?

 
Avant Esmod, j’étais à Toulouse à bucher le bac pour intégrer l’école. Esmod était mon seul but.
 
Depuis que je suis toute petite je rêve d’être styliste. Je passais mes journées à dessiner des robes et les accessoires qui iraient bien avec. Je ne me suis jamais vue faire autre chose ... mis à part la cuisine peut être ! Mais je garde ça pour mes amis.
 
 

Revenons sur ta scolarité à ESMOD : Quel genre d’élève étais-tu ? Quels sont tes meilleurs (ou pires) souvenirs ?

 
Haha le genre d’élève que j’étais ... j’ai le droit de mentir ? Une élève modèle bien entendu !
 
Mon année la plus rude était la seconde ... passer des nuits sans dormir à coudre des vestes de costume et arriver le matin et se faire déchirer la toile par notre professeur ... que du bonheur ! Heureusement cette année-là,  j’ai rencontré mon acolyte Clément Bergès, à deux on est toujours mieux ! 
 
Mon plus beau souvenir a été de gagner le concours pour la maison Delage ... j’étais partie de la salle après le résultat. J’ai fait le tour du hall d’ESMOD en courant les larmes aux yeux ... ça fait du bien de savoir que le travail paie !
 
 

Qu’est-ce qui fait la spécificité d’ESMOD selon toi ?

 
ESMOD, j’en garde un très bon souvenir, même si on en a bavé ! Mais il me semble que cela rend plus fort et que l’on se rend bien compte de ce qui nous attend à la sortie ! 
 
La spécificité de l’école : de très bons profs, motivés et avec l’envie de nous apprendre des choses. Les concours aussi sont une force selon moi. L’école en propose beaucoup.
 
Ce qu’il y a de bien à ESMOD, c’est de pouvoir choisir une spécialisation en fin d'année, je trouve ça super. Ma dernière année m'a permis d'aboutir à une collection, certes peu portable, mais de réaliser ce que j’avais vraiment au fond de moi.  Je remercie Christine et François, mes professeurs, car sans eux cela aurait été impossible.  Ils ont vraiment puisés au fond de nous pour nous en faire sortir le meilleur.
 
 

Raconte-nous ton parcours professionnel après ESMOD, tes fonctions et responsabilités…

 
Après ESMOD, j’ai été prise chez CESAR STUDIO en tant qu’assistante styliste aux côtés d’Alain Miran. Il m’a tout de suite placée au milieu de pas mal de responsabilités, tant au niveau de la création que du côté commercial. Ce furent deux années très instructives. C’est ce qui m’a vraiment formée et motivée pour fonder DARRIS.
 
 

Peux-tu nous parler un peu de ta marque DARRIS ?

 
Darris, c’est vraiment l’aboutissement d’un rêve. Je suis une grande fan de maroquinerie et à mon avis en ce moment il y a vraiment beaucoup à faire.
J’ai vraiment voulu créer un objet de désir, tant par le look que par la couleur et la douceur. J’espère de tout cœur que ça va marcher.
 
 

Un petit mot de ton univers, tes créateurs préférés, tes coups de cœur récents (boutique, concept, événement…)

 
Mon univers... Je suis dans une petite bulle toute rose. J’aime la douceur et le rêve, même si ça énerve certaines personnes. J’ai une très grande admiration pour Karl Lagerfeld, c’est un homme brillant ! J’ai un Toy Karl qui trône sur mon bureau…je l’adore ! J’ai aussi beaucoup d’admiration pour Nicolas Ghesquière. Pour moi, c’est un visionnaire.
 
En ce moment, à Paris, à part aller me balader aux puces de saint ouen pour trouver quelques vinyles, je ne trouve pas qu’il y ai beaucoup de choses transcendantes à faire ou à découvrir. C’est pour cela que je vadrouille souvent entre Londres, Amsterdam et Berlin. On ressent vraiment la gentillesse et cette envie de créer dans ces capitales. Il y a plein de petits shops et des endroits un peu décalés à découvrir j’adore.

Haut de page

Haut de page