Interview de Thomas Vasseur / ESMOD Roubaix - Promotion 2010

Quel a été ton parcours avant d’intégrer ESMOD ? As-tu toujours eu en tête de travailler dans la mode ?

A la base, j'ai fait un parcours classique de bachelier économique et social. Cependant,  je dessinais beaucoup, j'avais en tête de faire de l'architecture, du design d'objet, et même automobile. L'envie de faire du vêtement est venue après toutes ces recherches et il s'est avéré être de loin le plus évident pour moi car c'est quand même dans ces "objets" que nous passons le plus clair de notre temps. 
  
 

Revenons sur ta scolarité à ESMOD : quel genre d’élève étais-tu ? Quels sont tes meilleurs (ou pires) souvenirs ?

J'étais un élevé curieux, plus réservé qu'aujourd'hui mais surtout, quand j'avais une idée en tête, il fallait par tous les moyens que j'arrive à la concrétiser. Pour ça j'ai vraiment eu la chance d'avoir des professeurs plus que patients qui m'avaient surtout donné cette envie de voir plus loin tout en sachant cadrer ma pensée. On découvre alors qu'il y a un temps pour laisser aller son esprit et son imagination et un autre pour la rigueur et la concentration. 
En fait je crois que les pires souvenirs se transforment en bons souvenirs avec le temps. On devient nostalgique de cette période, le temps des nuits blanches toujours trop courtes, des doutes et des remises en questions, les toiles à recommencer... .Toute cette période de challenges constants pour parvenir à un bon résultat final devient une somme de souvenirs marquants. 
  
 

Qu’est-ce qui fait la spécificité d’ESMOD, ses points forts, selon toi ?

ESMOD a comme réel point fort la double formation stylisme-modélisme qui permet de savoir de quoi on parle quand on commence dans ce milieu. Ce que j'ai réellement apprécié et qui m'a permis d'éduquer mon regard, ce sont les voyages d'inspirations et les shoppings organisés par l’école, entre Anvers, Londres et même Calais et sa dentelle. C'est durant ces journées que l'on trouve les bons tissus, que l'on découvre les expos, les concept stores, les fabricants… . En clair, les inspirations et les moyens de conception de notre collection.
  
 

Raconte-nous ton parcours professionnel après ESMOD, tes fonctions et responsabilités, pasées et actuelles…

Depuis le diplôme, j'ai commencé mon stage en qualité d'assistant styliste pour Marcel Marongiu qui officie chez Guy Laroche à Paris. Le temps de réaliser une collection automne hiver à ses côtés et d'apprendre toutes les spécificités, tous les rôles importants qui constituent une maison, de la conception à la commercialisation. Désormais je partage mon temps de travail entre Christian Lacroix  et  Burberry. J'ai donc accès à un groupe global ainsi qu'à un designer plus artisanal, touche à tout, avec un univers puissant. De bonnes écoles en somme! L'apprentissage continue tous les jours… . 

Haut de page

Haut de page