Interview Tara Byakko - ESMOD Paris, Promo 2010

http://www.esmod.com/sites/default/files/taraprojetfashion.jpg
 

Quel a été ton parcours avant d’intégrer ESMOD ? As-tu toujours eu en tête de travailler dans la mode ?

 
Ma mère étant styliste, on peut dire que j’ai baigné dans la mode depuis que je suis toute petite. Je me souviens encore de ces moments où  je la regardais avidement dessiner des collections ou lorsque nous regardions Fashion TV ensemble. Je la suivais partout : aux défilés, dans les salons professionnels comme Première Vision, aux conférences de tendances, aux essayages, etc. Elle m'a initiée à tous les aspects du métier : dessiner, coudre et m'exprimer avec mon propre style. Aussi, depuis toujours, j’ai voulu suivre le chemin de ma mère et faire carrière dans la mode.
 

Revenons sur ta scolarité à ESMOD : Quel genre d’élève étais-tu ? Quels sont tes meilleurs (ou pires) souvenirs ?

 
J'ai passé de très belles années à ESMOD ! Les professeurs et la direction de l’école se rappellent encore ma personnalité excentrique ! J’étais un peu une « enfant terrible de la mode » qui vivait la mode comme on respire mais qui manquait beaucoup d’humilité et de discipline. Mes professeurs m'ont aidé à trouver ma façon à moi de m'exprimer avec mes créations, en racontant mon histoire. De ce fait, j’ai beaucoup appris sur moi-même durant ces 3 années et ils ne m'ont jamais abandonnée quand je déviais de mon objectif. Grace à eux, j'ai réussi à trouver le chemin vers une belle carrière dans l'industrie de la mode.
 
Un de mes meilleurs souvenirs est lorsque j'ai reçu le prix "Coup de cœur" de la spécialisation Femme en 2010, choisie par le jury composé de professionnels de la mode ! Cela m’a beaucoup  touchée parce que ma collection de fin d’année "Hypnopompia" était une vraie histoire de ma vie, une véritable mise à nu. Je garde aussi un très bon souvenir du défile de fin d’année où trois de mes créations ont défilé.
Honnêtement,  je ne peux  pas dire que j’aie un seul mauvais souvenir de mes études à ESMOD. Ces années ont été les meilleures de ma vie, et je suis encore en contact avec la plupart des gens de l’école qui m’ont permis d’en arriver là.
 
 

Qu’est-ce qui fait la spécificité d’ESMOD, ses points forts, selon toi ?

 
ESMOD pour moi est l’une des meilleures écoles au monde. Thierry Mugler, Alexandre Vauthier, Olivier Rousteing, Roland Mouret, Franck Sorbier, Suzy Menkes, Jérôme Dreyfus, Nina Garcia... Tous sont sortis d’ESMOD, et c’est déjà pour moi un gage de qualité. Les points forts de l’école sont cet équilibre entre l’aspect traditionnel, savoir-faire, discipline et la vision moderne et créative qui s’y rattache. Pour moi, c'est une combinaison parfaite. Je me souviens des premiers cours de modélisme où l'enseignement me semblait strict et traditionnel. Il faut bien apprendre les bases du modélisme et de la couture française et travailler dur, sans erreurs, pour pouvoir comprendre les fondamentaux. Mais, une fois que tu as intégré ces derniers, on te donne carte blanche et un espace illimité pour ta créativité. Et pour te guider, les professeurs sont là pour t'aider à organiser tes idées et te permettre de les réaliser en vrai.  
Aujourd’hui, j'ai beaucoup de succès à Londres avec mes créations et mon savoir-faire couture / modélisme créatif. Et c'est bien grâce à ESMOD ! Je suis très fière de compter parmi ses anciens étudiants.
 
 

Raconte-nous ton parcours professionnel après ESMOD, tes fonctions et responsabilités, passées et actuelles

 
Apres ESMOD, j'ai reçu beaucoup de presse à Paris avec mes créations, dans des magazines comme L'Officiel, Numéro, WAD Magazine et L'édito. Mon style a attiré l'attention de quelques personnalités connues dans le milieu de la mode Française et celles-ci ont été mes mentors. En automne 2010, j'ai déménage à Londres pour découvrir l'industrie de la mode Anglaise. Le côté punk de la mode londonienne m'a beaucoup inspirée. J'ai travaillé comme styliste / modéliste pour Alexander McQueen, McQ, Viktoria Beckham, Peter Pilotto, Mulberry et Erdem. En parallèle,  je travaillais sur ma propre marque « Tara Byakko ». Pendant ce temps je continuais de recevoir des couvertures presse dans Dazed & Confused, Schön!, ZOOT, HUSH, 7Hollywood... et aussi plus de commandes !
 
En plus de ma carrière de styliste-modéliste, il m’arrive de travailler comme directrice artistique et styliste pour des magazines pour lesquels je coordonne les shooting photos éditoriaux et les lookbooks. J’avoue être un peu "work-a-holic" mais j'adore ce que je fais, alors je ne vois pas ça comme du travail.
 

Qu’est-ce que t’a apporté ton expérience dans l’émission Projet Fashion tournée dans nos locaux ?

 
L'émission Projet Fashion a apporté encore plus de publicité pour mes créations, ma marque et moi-même. J'ai eu la possibilité de faire des collaborations intéressantes et rencontrer des investisseurs et sponsors grâce à cette émission. C'était une belle expérience ! Je me suis très bien amusée, même si c’était parfois chaotique et que l’on devait travailler dur tous les jours. Au début de Projet Fashion, je n’étais pas du tout habituée à être filmée ni photographiée. D »habitude, je suis plutôt la personne derrière la caméra qui crie des ordres aux mannequins ! Ça me touchait beaucoup aussi de constater que j'avais tant de « fans » qui m’envoyaient des messages super sympas et touchants, ou qui m’arrêtaient dans la rue ou dans le métro avec des grands sourires pour une photo et une petite conversation. Ça me rend très heureuse aussi d'entendre que je les ai encouragés à être différents et surtout à être eux-mêmes.
 

Un petit mot de ton univers personnel… .

 
Mon style, ma signature extravagante, implique un mélange d'ancien et de nouveau - nostalgique mais en même temps avant-gardiste. Mes créations jouent avec les contrastes entre glamour et punk, beauté et hérésie, rêve et réalité. Mon objectif est d’être politiquement incorrecte mais avec élégance. Je ne fais pas attention aux tendances, l'accent est mis sur la création de pièces « Couture » représentant un fantasme réalisé.
Mes inspirations principales sont les femmes puissantes de l’Histoire comme la Reine Elizabeth I, Madame de Pompadour, la duchesse de Devonshire, la Comtesse di Castiglione, sans oublier… Cléopatre. Je suis inspirée par l'art surréaliste et expressionniste, mes racines de Karelia, le mouvement Punk, les contes de fées tordus du folklore, les poètes comme Edgar Allan Poe et Sylvia Plath, les églises baroques et la musique classique (en particulier interprétée au violoncelle).

portfolio: tarabyakko.prosite.com
twitter: @tarabyakko
instagram: @tarabyakko
Facebook : facebook.com/houseoftarabyakko
 

Haut de page

Haut de page